Alliance part 6: L’alliance en toile de fond

babylonEn jouant à Ars Magica avec une approche très Simulationniste, c’est à dire en essayant de suivre scrupuleusement toutes les règles de simulation de la tenue d’une Alliance, on se rend vite compte que le temps normalement consacré à la séance défile à toute vitesse en calculs, notes et  informations, le nez plongé dans les règles. Finalement, on peut passer beaucoup de temps à simuler une alliance, et pas assez de temps à  à faire du Jeu de Rôle.  Je vais tenter de vous donner quelques conseils pour éviter ces écueils. Avec un peu de pratique et d’organisation, ça roulera tout seul, et l’Alliance se révèlera bien pratique pour vous fournir des accroches prêtes à jouer sur un plateau.

1-   Chronologie

Dans la plupart des campagnes de Jeu de Rôles, les aventures se suivent avec un flou temporel concernant le temps passé « en dehors » des temps forts de la campagne. Une Saga d’Ars Magica lève le voile sur cet aspect en découpant le temps en termes de saison. Chaque Personnage à ainsi une visibilité totale sur l’intégralité de sa vie, ses études, son œuvre. Aussi est-il est essentiel à ars Magica d’avoir un référentiel pour mesurer le temps, une ligne chronologique qui sert de repère dans la campagne. Sur un fichier bureautique, confectionnez-vous une feuille de route chronologique, dont voici un exemple. Pour ma part je décline les activités saisons de trois manières : les saisons à l’extérieur, les saisons d’étude, et les saisons alliance.

  • Les saisons à l’extérieur sont généralement les séquences jouées, elles sont considérées comme telle quand la séquence prend plus de 10 jours dans la saison.
  • Les saisons d’étude sont toutes les saisons que le mage passe dans son laboratoire, dans la bibliothèque, mais aussi dans d’autres alliances ou à l’étranger, du moment qu’il étudie. On peut dire que ce sont toutes les saisons qui servent personnellement le mage.
  • Les saisons « alliance » sont toutes les saisons consacrées par le personnage au bien commun, à la survie et à la croissance de l’Alliance : Beaucoup d’activités entrent dans cette catégorie : enseignement, business et gestion, extraction/recherche de virtus (à condition que le virtus soit pour la communauté), recrutements,  faire des potions de longévité (pour les autres), retranscrire ses textes de laboratoires, écrire et diffuser des livres… à noter que des activités s’entrecroisent et peuvent être sujettes à polémique : par exemple si un mage invente un sort d’aegis pour l’alliance, c’est un travail perso ou une saison alliance ? Par défaut considérez qu’une saison alliance est une saison ou le mage ne gagne rien d’autre que l’exposition; dans ce cas inventer un sort, fût-il pour le bien de l’alliance profite déjà au mage avant de profiter à l’alliance.

Pour ces trois types d’activité je fonctionne par code de couleur, c’est visuellement plus attractif, et ça a deux avantages :

–          On a une trace de toutes les saisons de la saga et on peut se rappeler toutes les étapes, important si votre saga est étalée sur 50 ans.

–          On peut estimer l’investissement de chacun des membres pour l’alliance dans le ratio saison alliance/saison perso d’un coup d’œil.

Et enfin prévoyez une large colonne « Evènements » pour y noter tous les faits marquants de la saison. Pour les évènements qui balisent le quotidien d’une alliance je procède de deux façons : je note les évènements clés « obligatoires », qui débouchent souvent sur une quête, ou remet la saga sur les rails du fil rouge de la quête principale. Pour toutes les autres saisons, je demande à l’un des joueurs de tirer un dé sur cette table des évènements d’alliance de mon cru. Elle est perfectible : par exemple j’ai remarqué que des évènements qui devraient être fréquents surviennent plutôt rarement (mariage, naissance et mort de gens). Il m’arrive donc d’ajouter des évènements supplémentaires de ce type.

2-   Mise à jour

Pour passer un minimum de temps de jeu plongé dans les fiches de calcul de l’alliance, et ennuyer (voir endormir) les joueurs qui n’ont pas d’aspirations particulièrement simulationnistes, je préconise de procéder de la façon suivante :

  • Tous les hivers (saison ou généralement les mages sont le moins souvent à l’extérieur), une mise à jour rapide est effectuée, pendant le temps de jeu : tirage des évènements d’alliance des saisons passées, vieillissement des mages si besoin, et décompte du virtus nécessaire à tous les rituels qui fondent l’économie et la sécurité de l’alliance (Aegis, fertilité, confort, etc…)

 

  • Tous les 5 ans : une mise à jour complète (hors du temps de jeu, réalisée par le Conteur):
    • Mise à jour des finances et du trésor de l’Alliance
    • Mise à jour des points de construction.
    • Mise à jour de la loyauté du covenfolk
    • Mise à jour de la bibliothèque
    • Mise à jour de la population de l’alliance (réalisé dans les grandes lignes : morts, vieillissement, naissances)
  • Tous les 5 ans (pendant le temps de jeu) : Un conseil de mage de l’alliance est réuni pour discuter de l’orientation politique, économique, sociale des 5 années suivantes en fonction des résultats de la mise à jour complète résumée en début de séance : plus de salaires ? plus de recrutement ? nouveaux projets ?  etc…

3-   Mise en forme des fiches d’alliance

 

Pendant le jeu, je mets à la disposition des joueurs un cahier d’alliance dans lequel sont rangées toutes les informations d’alliance sur tous les thèmes ; j’ai agrémenté ces fichiers de formules qui me permettent de ne pas avoir à calculer moi-même les points de construction et les points d’habitants notamment. Les thèmes sont les suivants :

  • Résumé de l’alliance Toutes les infos  utiles et à jour de l’alliance en 1 page
  • Habitants : Un tableau récapitulatif de la population et ses infos utiles
  • Finances : un récapitulatif du business qui fait tourner la boîte.
  • Bibliothèque : une liste de tout ce que contient la bibliothèque de l’alliance
  • Laboratoires : un résumé des propriétés des laboratoires de l’alliance
  • Trésors : pour avoir le compte du Virtus et des objets de l’alliance
  • récapitulatif saison : tenue de la chronologie de l’Alliance

Et Enfin,  voici une fiche d’alliance complète réunissant tous les documents précédents, avec un grand nombre de formules pour que votre alliance se mette à jour toute seule sans avoir a faire de fastidieux calculs.

Dans ce cahier les joueurs entreposent également tous les documents (cartes, lettres, énigmes, rumeurs…) et une copie de leur charte d’alliance. On y stocke également une copie des personnages, compagnons, afin d’avoir accès à certaines infos quand le joueur est absent et qu’on a besoin de le jouer en PNJ.

    4.   Accroches

Les accroches sont tous les reliefs et aspérité qui ressortent du profil de l’Alliance, et sur lesquels joueurs et conteur(s) vont s’appuyer pour la faire évoluer. Elles sont le prétexte à de nombreuses séquences de jeu qui agrémentent la saga et constituent autant de quêtes secondaires qui peuvent graviter autour de la Quête principale de la Saga.  Voici une liste non exhaustive de leviers que j’ai au moins utilisé une fois dans une saga :

  •   Conditions de vie : Les personnages veulent améliorer leurs conditions de vie. Par exemple Une épidémie chronique décime les troupeaux et rend malade les gens. Pourquoi et comment résoudre le problème, que ce soit par magie ou par la science ?
  • Loyauté : les gens sont mécontents de la façon dont est gérée l’alliance, les mages craignent l’espionnage ou la trahison, des évènements extérieurs testent régulièrement leur loyauté, donne lieu à des mutineries ou des désertions. Les Mages et compagnons cherchent à accroître la loyauté de leurs gens.
  • Laboratoires : Les mages cherchent des ingrédients rares et précieux nécessaires au raffinement de leur laboratoire
  • Spécialistes : L’alliance recherche des compétences particulières dont elle a besoin pour des enseignements, des extensions ou des constructions nouvelles, ou pour copier ses ouvrages. Les mages peuvent aussi chercher des apprentis.
  • Vices : Une des particularités pénible de l’Alliance se révèle ou se manifeste de façon chronique, trouble la quiétude et oblige Mages et Compagnons à trouver des solutions : par exemple un monstre, un dragon est sorti de son sommeil et cause des troubles, ou des créatures sortent d’un régio qui donne sur directement sur l’Alliance ; Ou un noble des environs guerroie et pille les villages dont l’alliance tire ses ressources…
  • Évènements: Une guerre, un changement politique, un bouleversement climatique, une épidémie, une catastrophe naturelle, un effondrement économique. Autant d’évènements qui peuvent survenir dans l’Histoire d’une alliance et qui peuvent constituer des accroches intéressantes.
  • Ressources magiques. Quête de virtus, de nouvelles sources, recherches de livres ou d’artefacts.
  • Ordre d’Hermès : visite de toques rouges, de Quaesitors suspicieux qui viennent contrôler les activités sont des évènements probables surtout quand l’alliance obtient très rapidement de l’avancement et croît de manière suspecte.

Fin de cette série d’articles consacré aux alliances. L’Alliance est un concept vraiment intéressant même s’il ne s’inscrit pas dans la tendance actuelle su scénario One shot, et du Jdr à consommer entre midi et deux. Pour une table de Jdr qui ne se réunit pas assez souvent, L’alliance vit en dehors des temps de jeu: plus vous lui donnerez de relief, plus vous aurez vraiment le sentiment que cette alliance existe, respire et meurt si vous la délaissez.

Publicités

4 responses to “Alliance part 6: L’alliance en toile de fond

  • Imrryran

    Je pense que jouer l’Alliance en dehors de la table n’est pas la meilleure façon de l’utiliser : si elle a du sens c’est comme cadre aux actions des joueurs. Par exemple comme endroit à préserver, comme enjeu de pouvoir, comme réserve de richesses, comme contexte pour des scénarios avec d’autres PJ que des magi, etc.

    Dans cette optique les règles, sur la loyauté par exemple, ont tout leur intérêt. Mais en faisant appliquer cela après la séance autour de la table on casse la dynamique action des PJs -> modification de l’alliance -> action des PJs -> etc.

    Personnellement je pense aussi que les règles financières sont trop compliquées par rapport à l’utilisation que le jeu en fait. Leur intérêt est de limiter la croissance de l’alliance en fonction d’une ressource (l’argent que les joueurs essaieront d’économiser et d’acquérir) mais elle le fait en essayant de simuler un budget réel (et donc assez compliqué) plutôt qu’en établissant une règle directe. Un bon exemple en est le calcul des fournitures, qui pourraient être abstraites par laboratoire plutôt que détaillées à part.

  • Djinfizz

    Tu as parfaitement raison sur les points que tu évoques: Pour ces raisons entre autres Ars Magica est un jdr taillé pour des Rôlistes réguliers et assidus, pas pour les casuals. C’est aussi de la que vient sa réputation d’exigence et d’investissement . Pour ma part la saga concerne un groupe de casuals (une séance quinzaine en moyenne) , je dois donc adapter les exigences énormes du jeu au profil de la saga. Pour les finances, ce n’est pas trop un problème, le business a été réglé en début de campagne , ensuite, une maj « a la louche » tous les 5 ans suffit amplement. tu veux des versions antérieurs d’excel pour les fichiers? j’ai pas percuté mais tous mes fichiers sont en xlsx

    • Imrryran

      Je pense que même pour un groupe de rôlistes très réguliers le temps passé à faire tourner des mécaniques de jeu doit être mis en rapport avec l’intérêt des dites mécaniques durant la partie (parce que pour gérer des châteaux/villes/etc. il y a des jeux bien plus intéressants).

      On a trop tendance à glorifier les mécaniques compliquées, à les opposer à des mécaniques simples/casual, alors que la vraie question à se poser est celle de l’intérêt par rapport au temps passé. C’est particulièrement vrai pour un système de JDR qui, tout compte fait, n’est qu’une béquille pour aider les joueurs à créer ensemble une histoire intéressante et cohérente.

      Je n’ai pas de MS Excel, je n’utilise plus que GoogleDoc, qui est plus restreint au niveau des fonctionnalités mais disponible partout.

Tu as aimé? Commente, ton avis m'intéresse!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :