RDC III.3 [Le Temple de l’Humanité] Le secret de Karolus

Retour à val Negra

Alors qu’à des dizaines de lieues de là la délégation du Pic Bleu est reconduite de manière humiliante à la sortie du village d’Auzat, Gylfi et Blanche se divertissent comme ils peuvent à un banquet organisé à Val Negra, maison de retraite des pontes de la maison Flambeau. Ils attendent la venue d’Ouranasia du carrefour des Vents pour officialiser la démission de Gylfi le verditius spolié. Ils ont ainsi l’occasion de faire connaissance d’un mage trublion haut en couleur et fort en gueule : Romario de Mercere, négociant et troubadour qui sévit habituellement sur la Loire, et qui a acquis une petite notoriété grâce  de petites ballades bien senties qui bousculent l’ordre hermétique établi. Romario cherche toute rumeur concernant le mystère Bentalone, car il connait très bien Chrysalis de Diedne, et ne l’imagine pas du tout capable du crime dont il est accusé. Il  se montre donc fort intéressé par les révélations de Blanche qui ont jusque-là trouvé peu d’échos parmi les autorités du tribunal Provençal…

1-    Gylfi de Verditius du Pic Bleu

Cyprien de Jerbiton

Le lendemain du banquet (repas frugal et ennuyeux de résidents séniles), Les sages de Val Negra reçoivent en audience Gylfi, Blanche, Ouranasia et Cyprien de jerbiton, arrivés le matin même. Ouranasia joue les offensées et récuse toute forme d’esclavagisme ou de spoliation, elle qui a tant sacrifié pour tirer Gylfi des pattes des démons qui le maintenaient en captivité. De mauvais cœur, et parce que le code l’y oblige, elle accepte la démission du Verditius au nom du carrefour des vents, mais en obtenant en contrepartie la promesse que Gylfi de respecter les secrets du Carrefour des vents, et de n’en rien révéler sous peine de sanctions sévères. Il ne peut non plus témoigner contre son ancienne alliance. Ouranasia ne manque pas de railler ce mage errant en guenilles, et elle fulmine lorsque dans le même temps, Blanche annonce l’acceptation officielle de Gylfi comme membre du Pic bleu du Vercors.

2-    Romario et Gylfi au Carrefour des Vents

Flairant le scoop, Romario décide d’accompagner Gylfi à son ancienne alliance. Le Verditius doit en effet y récupérer toutes ses affaires et mettre en ordre son laboratoire avant de quitter définitivement les lieux. Malgré le danger évident, Romario espère quant à lui glaner quelques rumeurs pour une future chanson sur cette alliance aux pratiques douteuses. C’est ainsi que rapetissés puis transportés par Blanche faucon, ils se présentent à l’entrée du Carrefour des vents.

Pendant ce temps, les mages Metellus, Torannen, Freya, Etan Krel et Pépin ne se découragent pas et se mettent en quête d’un autre moyen d’approcher les ruines de l’ancien village d’Auzat. Ils longent la frontière de l’Aegis et explorent les environs proches durant quelques jours. Ils découvrent ainsi aux alentours d’Auzat des fermes mises à sac très récemment, sans traces de leurs habitants. En revanche ils y trouvent les traces d’un animal gigantesque fortement lié à l’élément Terram.

Au Carrefour, un acceuil protocolaire est fait à Romario, présenté aux habitants sur leur garde, tandis que Gylfi est reçu avec froideur. Il dispose de quelques heures pour rassembler ses affaires et quitter les lieux sur le champ. De mauvaise grâce, Ouranasia rend son marteau de forgeron à Gylfi, qu’elle gardait pour avoir une emprise mystique sur lui, en étant fort consciente d’être jaugée par le Mercere à l’affût.

Gylfi se rend ensuite à ses appartements, ou plutôt sa cellule, pour rassembler ses maigres possessions. Une fois terminé, il décide de passer outre les volontés de ses anciens sodales, et emprunte depuis son laboratoire un des nombreux passages dérobés afin d’aider Blanche et ses nouveaux compagnons d’alliance. Il fonce à travers les souterrains en direction de l’ancien village en ruines…

3-    Le Chien-Poussière

Alors que blanche faucon survole l’antique village, sa vue perçante lui permet de repérer le petit Gylfi affairé à fouiller les ruines. Elle voit également un énorme molosse fait de terre et de boue surgi d’une groelle fuit à tire d’ailette située en contre haut dans la montagne de la clarté de Dieu, ainsi qu’un homme en train d’incanter. De brusques rafales surnaturelles lui font penser qu’elle est repérée, et elle fuit à tire d’aile à l’extérieur de l’Aegis du carrefour des Vents, laissant le Verditius inconscient du danger qui le guette.

Grâce à son affinité exceptionnelle avec la terre, Gylfi trouve enfin le trésor convoité par le Pic Bleu. Enfoui sous terre, sous l’ancienne chapelle de la nouvelle Jérusalem, une petite dalle de pierre comporte la signature de Charlemagne. Dans ce tabernacle, un sachet préserve du temps un carnet de notes, que Gylfi n’a pas le temps de feuilleter. En effet, à ce moment, trop tard pour rejoindre la sécurité du dédale de cavernes, gylfi ressent la présence maléfique du Chien poussière qui bondit dans sa direction. Il se réfugie dans une demeure en ruine et se confectionne une barricade de fortune. Mais le Cerbère à tôt fait de déchiqueter cette maigre protection : la peur au ventre, gylfi se prépare à vendre chèrement sa peau…

Pendant ce temps, au carrefour des vents, une alarme sonne et Romario est invité à suivre les mages du CDV bien décidés à savoir ce qui a causé la perturbation de leur aegis et faire au Mercere une démonstration de leur méthodes punitives.

le Sahir de la Terre reprend sa forme humaine…

D’abord menaçant, le chien semble reconnaître Gylfi, et prend une forme humaine pour lui parler dans une langue inconnue. Gylfi se rappelle en effet avoir déjà vu ce mage en présence de ses anciens sodales. Abasourdi mais soulagé, Gylfi croit comprendre que l’Oriental lui demande de le conduire au carrefour des vents par les souterrains, ce qui diminue fortement la distance du parcours. Gylfi s’empresse de le faire, et tente sans succès de perdre le sahir dans les cavernes. Finalement ils arrivent devant la porte de l’Alliance, et, l’autre étant satisfait, Gylfi s’éclipse sans demander son reste.

4-    L’Homme-Vortex

Romario et les mages du CDV, Tanis de Flambeau en tête, traversent le village en ruines et se rendent au pied de la montagne appelée « Clarté de Dieu ». Romario est prié de rester en bas avec Ouranasia tandis que les mages contrariés montent jusqu’à l’entrée d’une grotte. Ouranasia est d’une froideur telle que Romario renonce vite à discuter avec elle.

Quintilus Tanis ex Flambonis du carrefour des Vents

A quelques kilomètres à l’est d’Auzat, au bord de l’aegis du CDV, Freya, Etan, Mettellus et les autres font une curieuse découverte : un groupe de jeunes hommes, enchainés et misérablessemblent se diriger vers la « Clarté de Dieu ». Ils sont guidés par quatre guerriers orientaux ainsi qu’un espèce de tourbillon qui se déplace au-dessus du groupe. Le Pic Bleu reconnait les signes d’un Sahir de l’Air et décident de lui régler son compte avant qu’il ne rentre dans l’Aegis.

Ils attaquent donc le Sahir et ses sbires par surprise. Le mage oriental tente de répliquer à l’attaque magique peu efficace de Freya quand il est percuté et littéralement carbonisé par une lance de feu de Mettelus. Stupéfaits, les guerriers reprennent vite leurs esprits et chargent aussitôt les mages. Deux d’entre eux sont neutralisés par Blanche et Freya et le troisième est mis en fuite par Torannen. Mais le dernier guerrier parvient à blesser Metellus avant de se faire réduire en cendres. Blanche prend aussitôt en chasse le garde victime du sort de Frayeur, a travers les bois.

5-    Le carnet secret d’Eginhard

Après une bonne heure d’un silence pesant, Romarion voit réapparaitre les mages mécontents du carrefour des Vents. Ils lui racontent qu’une petite fouine correspondant au signalement de Gylfi serait à l’origine de l’alarme de l’Aegis. Ils ne lui disent rien de plus, et romario se sent insulté par les messes basses qu’ils échangent sur le chemin du retour. Il a la conviction que des choses louches se trament dans cette fameuse grotte. Il prend donc congé de ses hôtes, grossiers et antipathiques, non sans avoir cherché  à en savoir plus sur les étages intermédiaires qui mènent à la tour du carrefour des vents. En quittant auzat, il voit au loin un éclair de feu et devine que ses nouveaux compagnons se trouvent là bas.

            Gylfi, qui a fui Auzat aussi vite que ses courtes pattes lui permettaient, s’est isolé dans un bois pour jeter enfin un œil à l’étrange trésor qu’il a trouvé. Il comprend que ce carnet, écrit en latin, comprend un lexique de traduction de runes étranges, et une traduction complète de certains écrits qui font référence à un livre. Parmi ces textes, il découvre celui-ci :

Les Châteaux Volants

Préface, par Eginhard, an de grâce 822 ap-JC

Ce rituel magique d’une grande complexité a été mis au point il y a des dizaines de milliers d’années par des mages très puissants du peuple du ciel, comme nous aimions les appeler, Charlemagne et moi. Le rituel des châteaux volants est sans doute le point d’orgue de ces travaux : Nous nous sommes très tôt intéressés à ce sujet, qui révèle comment ces mages antédiluviens ont pu parcourir le monde et en effectuer des cartographies d’une précision incroyable.  Bien entendu, la magie employée ne correspondait pas au canon de la magie hermétique telle que théorisée par Bonisagus, aussi mon travail principal fut de retranscrire du mieux possible les techniques anciennes et les adapter à la magie hermétique, d’après les écrits et expériences des anciens. Ce travail est donc essentiellement un travail de traduction et d’adaptation, avec toutes les imprécisions qui peuvent se glisser dans ce type de texte, et surtout, je n’ai pu mettre en œuvre aucun de ces travaux. Non par désintérêt : je connais nombre de mes confrères qui auraient tué pour ces formules ; Mais par sécurité : le monde hermétique n’est pas encore assez mûr et empreint de sagesse pour utiliser ce pouvoir à bon escient. Je gage que les mages qui trouveront la piste de ce manuscrit sauront faire preuve de discernement et agiront plus par nécessité que par désir de gloire et de puissance.

 

 1-      Eléments nécessaires préalables à tout rituel

A-     Le nexus de Terre

Le choix du site est primordial, il devra nécessairement être fortement lié à l’élément TERRE. L’aura devra être continuellement, des années durant, alimentée en virtus et atteindre le niveau maximal de l’ascensionnelle( ?) L’état appelé « nexus » sera alors atteint et propre à  ouvrir le champ de tous les possibles, et ne sera plus soumis aux outrages du temps. En revanche le danger sera omniprésent durant les manipulations et le flétrissement du Don (crépuscule ?) sera précoce chez le Mage.

B-      L’énergie des pierres volantes

Cette étape est la plus cruciale et la plus dangereuse pour le Mage et ses aides. Ils doivent canaliser l’énergie du nexus et la confiner paradoxalement dans l’espace infini de Pöehn ( ?: probablement un savant qui a mis en évidence ce paradoxe). L’espace infini de Pöehn est un micro univers qui ne semble pas avoir de limite et ou pourtant la matière qui y est incluse semble décrire un mouvement perpétuel et cyclique, comme si la matière se heurtait à des parois invisibles.

Création de l’espace infini de Pöehn [Rituel RegoVim 140] (base 50, +6 unlimited, +3 ring, +4 zone, +3 surnaturel, +2 paradoxe)

Nécessite 28 pions de virtus Vim, une communion de 7 mages est recommandée.

Durée 7 heures, la concentration doit être optimale, la conscience des mages peut à tout instant être absorbée dans cet espace infini et errer dans les limbes artificielles de ce micro univers. (Concentration toute les heures à 12+)

Le rituel doit être répété 7 fois, tous les 7 mois. Le micro univers devrait être stabilisé à la fin du 49ème mois et le nexus définitivement « contenu ».

 

Le réceptacle de l’inépuisable source d’énergie étant créé, il faut maintenant reproduire le mouvement perpétuel de la matière afin de canaliser l’énergie du nexus vers la fin que l’on s’est fixé. A noter que l’élément terre à été choisi par commodité mais d’autres éléments peuvent trouver ici la même application.

 

Activation du cycle de la matière [rituel Rego Terram(vim) gen] base 3, + 3 vue, +1 pierre, +1 vim, + (gen) taille)

Nécessite la manipulation d’une quantité de terre au moins égale à la quantité de terre mue ensuite par ce procédé. Ainsi la taille des aéronefs variera beaucoup en fonction de ce paramètre, et les demeures volantes ne seront pas extensibles indéfiniment. Il sera toutefois possible d’augmenter le volume de terre par la suite.

Pour une demeure de taille moyenne, compter 8 à 10 magnitudes, pour une demeure royale, 16 à 20 magnitudes)

 

A la fin de cette étape (confinement du nexus, activation des pierres volantes) , vous avez maintenant dans votre zone de magie une grotte qui présente la particularité suivante : elle semble à son bord n’avoir ni de sol, ni de murs, ni de plafond, et des blocs de pierre de différentes tailles semblent voler dans cet espace de manière cyclique. Cette « caverne infinie » Il faut cependant veiller à ne pas extraire ce virtus, ou le moins possible, afin de ne pas fragiliser l’équilibre de l’écosystème formé par le nexus et sa matière.

 

 2-      La machine à contrôler le nexus

Dans ce chapitre est décrit le procédé de fabrication d’un étrange appareil, plein d’engrenages et d’enchantements, qui va servir à contrôler et diriger les mouvements de l’aéronef. Une sorte d’interface entre l’énergie brute produite par le nexus et une manifestation physique contrôlée.

a-      Réunion et fonte des différents alliages (deux saisons, int + forge à 12+)

b-      Etude des plans, adaptation et fabrication des outils (deux saisons, int + automata à 9+)

c-       Confection de la machine (1 saison, dex+automate à 12+)

d-      Enchantements (120 niveaux de sorts)

 

Enchantements

Symbiose du capitaine et de sa machine (rituel revim 40) les enchantements, la machine et la matière deviennent intimement liés, le créateur ressent dès lors tout ce que ressent son aeronef

Reconnaissance des ordres du capitaine (intellegoImagonem 20) l’automate reconnait la voix de son maître et agit en conséquence

Mouvance du flux de la magie (intellegoVim 30) l’aeronef perçoit l’energie des flux pour l’utiliser comme moyen d’ascendance d’un flux à l’autre. Plus le flux repéré est puissant, plus la vitesse potentielle peut être importante. Quelques flux parmi les plus importants sont constants et ont été répertoriés (pas dans cet ouvrage) mais la plupart des flux bougent, ce qui donne à tout voyage une part non négligeable d’aléatoire.

Lecture du signe secret des coordonnées terrestres (intellegimagonem30) l’enchantement rend opérant l’étrange boussole étalonnée intégrée dans la machine. A partir de l’origine préétablie, la machine peut déduire le lieu précis par rapport a une entrée de coordonnées longitudinales et latitudinales.

        Fasciné et absorbé par sa lecture, Gylfi voit au dernier moment surgir face à lui un grand guerrier à la peau presque noire et au regard fou. Il dégaine son arme et se tient prêt à l’affronter quand le guerrier se met à danser une gigue endiablée ! Voyant un faucon blanc perché sur une branche, Gylfi comprend  que son amie Blanche est à l’origine de cette dans incongrue. Il assomme promptement le guerrier et retourne avec Blanche rejoindre le reste du groupe, occupé à interroger l’autre guerrier survivant.

6-    La revanche des Sahirs

Freya interroge le guerrier capturé : il ne sait pas grand-chose, il obeit à ses maîtres en effectuant des razzias dans les  hameaux du pays d’Oc, puis achemine les prisonniersde l’autre côté des Pyrénées ou un autre maître prend le relais. Apparemment, ses maîtres négocient avec les maîtres locaux pour pouvoir faire leurs petites affaires tranquillement. Tandis que l’interrogatoire s’éternise, les mages du Pic Bleu font tourner de main en main le carnet de notes contenant le secret de Charlemagne.

Mettelus va avoir du boulot!

            Soudain, Freya et Gylfi perçoivent un léger tremblement de terre signe d’un danger imminent ; ceux qui le peuvent ont à peine le temps de s’envoler lorsque le gigantesque molosse fait de pierre et de boue semble surgir soudainement du sol ! Blanche tente de lancer un sort de Terre pour faire chuter le monstre dans un crevasse, mais son sort a des conséquences désastreuses : au lieu d’ouvrir le sol sous le monstre, la crevasse entoure la zone de combat et coupe toute retraite facile aux alliés restés au sol. Etan se précipite au combat mais est brutalement repoussé par le Sahir doté d’une force colossale. Alors que les mages mesurent la puissance de leur adversaire, Blanche les avertit d’une autre mauvaise nouvelle : au loin, deux êtres volants sont en approche, l’un semble translucide comme l’eau et l’autre comme une torche flamboyante…

Publicités

2 responses to “RDC III.3 [Le Temple de l’Humanité] Le secret de Karolus

  • Aidôneus

    Salut ! Alors que je passe lire la dernière entrée, j’en profite pour te demander une p’tite faveur : le lien pour le fichier doc sur le prestige hermétique que tu avais posté sur Catharsis n’est plus accessible (et, apparemment, j’ai paumé le fichier…) Pourrais-tu me le renvoyer ? Merci bien.
    Aidôneus.

Tu as aimé? Commente, ton avis m'intéresse!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :