RDC II.4 Les Oiseaux se Cachent pour Mourir

Val negra

Flash back: 21 juin 1002. Le tournoi est terminé et a donné lieu à des réjouissances incroyables. Cependant la fête met aussi un terme à cette saison dont personne n’a oublié l’enjeu: une guerre vient de s’y déclarer, qui avait tout l’air d’être une mise en scène entre les Tremere et les Flambeau. A Présent, la nouvelle va faire le tour de l’Europe à vitesse toque rouge, autant dire que Durenmar est déjà au courant…

1-Torranen : au lit quand trop peu dormi

Les lendemains de fête sont difficiles, mais les délégations partent les unes après les autres. Les gens du pic bleu se préparent à partir, mais Torranen sent que le moment n’est pas encore venu pour lui de rentrer chez lui. Il a encore de nombreuses choses à découvrir sur lui-même: son lignage, son passé, la malédiction qui fait de lui un monstre à chaque lune, et d’autres sujets le préoccupent au plus haut point: sa correspondance avec Abu ‘Ali ibn Sinà, un jeune médecin prometteur des lointains royaumes d’Orient, le livre profane de chirurgie qu’il s’est procuré auprès des mahométans de Tolède, ainsi que de nombreuses interrogations sur les fondateurs du Pic bleu . Toranen sent que Panodyne n’a pas envoyé des jeunes mages de son alliance par hasard sur le site du Vercors. Cette nuit la, il se remémore et liste toutes les questions qu’il se pose…Le lendemain, il parle à Louis Praesis de Mercere, le vieux chambellan qui l’a accueilli avant le tribunal, afin de demander une prolongation de son séjour à l’alliance de Val Negra.

Toto passe donc tout l’été partagé entre ses recherches et ses études académiques. Un stratagème qui lui vaut les remontrances d’un Guernicus lui permet de lutter magiquement contre la fatigue, en épuisant son troufion.

Il se sent bien fatigué mais voici les infos qu’il obtient :

Clivas de Tremere

-Sur les Tremere de l’alliance de la flamme noire, près de Bucarest, il apprend quelques éléments supplémentaires : la nature des artefacts disparus, et quelques informations sur Clivas, grand maître imagonem, dit «  le mage aux scorpions. »

-Sur Celeste de Bonisagus, il a l’occasion de lire le rapport de sa soutenance de thèse : son principe théorique consistant à subtiliser un pouvoir intrinsèque d’une créature magique vers un réceptacle est ingénieux et prometteur, et lui vaut les félicitations du Jury, mais elle est aussi critiquée pour deux choses : le principe est déclaré quasi inapplicable, car long et surtout extrêmement douloureux pour la créature qui doit être contrainte : en gros, il parait impossible de mener le rituel à son terme sans subir le courroux de la créature, même la plus taciturne, ni d’obtenir son consentement tant le rituel est contre nature. De ce fait, et c’est la seconde raison, le procédé est déclaré très limite et pourrait constituer une violation des principes périphériques du Code de l’Ordre.

Celeste de Bonisagus

Lors des quelques mois passés à Val Negra, Torranen est aussi forcé de gérer ses crises de lycanthropie à chaque lune. Il choisit de se réfugier et s’enfermer dans une grotte dans la forêt pyrénéenne. A la troisième lune, un étrange vieillard plein d’humour l’attend à la sortie de sa grotte : il s’apelle Luther et semble pas mal radoter sur des sujets obscurs au jeune mage, ils font une promenade ensemble et se retrouvent à marcher sur un astre loin de la terre, la lune ! : il parle du destin particulier des êtres emprunts d’utopisme, de philosophie, du monde du rêve, du choix et de la nature de la corruption de Torranen : le champ lunaire fait partie intégrante de son être, il propose au mage torturé un choix Cornélien : le refus d’être Total, et continuer à vivre sa malédiction comme une parenthèse contraignante, ou l’acceptation de sa nature profonde, sa compréhension, et dans une certaine mesure son Contrôle, mais aussi un renforcement par cette acceptation de sa Corruption. Finalement, Torranen, au pied du mur choisit l’acceptation. Il passe alors beaucoup de temps avec Luther qui lui fait visiter des mondes étranges, l’entraine et lui apprend à s’accepter. A son retour dans la fôret, Torranen semble sortir d’un rêve, il a pourtant « dormi » toute une saison ! Le vieillard n’est plus là, Torannen sent toutefois un profond changement en lui. Perturbé, il quitte Val Negra et rentre chez lui…

Quelques semaines plus tard, de retour à Saou, il retrouve ses Sodales, partage ses informations et se rend chez le vieux sage, pensant obtenir davantage de réponses, mais il n’en sort que plus perplexes, avec une nouvelle énigme prophétique :

Hérode à Torranen :
Le Dédale exige un fil,
Le fil est un lien,
Le lien est sous clé,
La clé est sous vos yeux,
Les yeux sont aveugles,
Les Aveugles ne voient pas du géant l’engeance
L’engeance tuera le père de sa main
 La main du Destin qui parcourt le Dédale
 

2-      Et pendant ce temps-là à Vera Cruz

Les investigations se poursuivent pour Blanche, Rafael, Etan Krel et Freya, mais leur recherche du troisième démon fait chou blanc, il a disparu, surement refroidi par ce qui est arrivé à ses deux compères. Les hypothèses sur les raisons de leur intrusion ne pourront pas être vérifiées, la plus plausible étant que ces démons cherchaient une entrée annexe vers la forêt féerique, via l’entrée du labo de Freya. Désormais, les infernaux savent que ce passage là leur coutera cher également.

La vie reprend donc son cours, en attendant l’évènement du Grand Tribunal extraordinaire, et Etan en profite pour raffiner son laboratoire. Une symbiose plus poussée avec celui-ci lui permet de déceler et maîtriser une source de Virtus Terram assez instable : Son laboratoire lui fournit maintenant jusqu’à deux pions Terram par Saison, à condition qu’il passe cette saison dans son laboratoire, il remet donc au jour le procédé élaboré par Claytus en son temps, et en retire une certaine fierté. Rafael quant à lui poursuit son étude sur le pendentif magique de Rigobert.

A la fin de l’Hiver 1002, Les mages reçoivent une visite…

3- Francis de Mercere, courageux mais pas tremere

C’est Francis de Mercere, le toque rouge, qui revient de sa tournée dans le Nord. Il est sur le chemin de retour à Doiseteppe, mais se dit qu’il va aller faire un tour à Bentalone, dite « l’île aux oiseaux », l’alliance Bjoerner des marais de Camargue. Il veut vérifier une rumeur que des paysans apeurés lui ont donné quelques mois plus tôt, et propose aux mages du Pic de lui servir d’escorte, « au cas où »

Le voyage jusqu’en Camargue est comme la saison : ennuyeux et triste, puis bientôt humide et boueux. Francis fait entrer la troupe dans le Regio, et tout le monde sent tout de suite que quelque chose ne va pas. Les marais sont lugubres et nauséabonds, la lumière blafarde et l’aura perturbée. De plus des centaines d’oiseaux volent autour de l’îlot, et semble énervés.       Plus curieux, aucun aegis ne semble recouvrir l’alliance. En s’approchant prudemment, les mages remarquent que les portes de tous les bâtiments ont été défoncées, et il n’y a plus âme qui vive. Alors qu’ils pénètrent l’enclave, les oiseaux se posent, et restent calmes, observateurs.

Les mages commencent rapidement à réaliser des premières fouilles, magiques ou non. Avec un sort de parfum de la magie pour le moins original, Freya ressent deux choses : la magie perdo a été utilisée pour forcer les portes et saccager les laboratoires ; d’autre part  une curieuse odeur de putréfaction, très particulière envahit les lieux. Il pourrait s’agir d’un sigil de mage, pas rare, d’ailleurs Francis croit savoir que Crhysalis de diedne, archimage Aquam primus de l’alliance Diedne d’Islande à ce type de Sigil.

vue sur Bentalone

Des études plus approfondies de la demeure de Rose de Bjoerner notamment, prima de l’alliance, donne quelques informations :

-rien ne semble avoir été volé, mais tout a été saccagé et renversé méthodiquement.

-Aucune trace de corps ou de la moindre personne vivante dans toute l’enceinte

-Un bout d’étoffe est retrouvé avec des cheveux

-Un objet magique est également retrouvé, un espèce de baromètre qui d’après ce qu’en sait Etan après avoir tenté l’expérience, à transformé un pion terram en pion muto.

Francis, horrifié par tout ce qu’il a vu et par l’atmosphère lugubre des lieux, prend congé très précipitamment, pour se rendre à Doiseteppe et avertir les Quaesitores. Alors que son cheval s’éloigne à une vitesse anormalement élevée et au dessus de l’eau, les mages dubitatifs décident de rester sur place en attendant le retour des autorités Hermétiques…

Publicités

Tu as aimé? Commente, ton avis m'intéresse!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :