RDC 1.8 La délégation de Tolède (olé)

Siguro, Imano et Decker, en quête

Torannen prend en charge les deux malheureux agonisants dans son nouveau dispensaire, et s’attaque au soins de leur blessures : Kirius, une flèche plantée dans le thorax, est le plus sérieusement atteint, Decker étant dans le coma mais sans blessures externes visibles. L’opération chirurgicale est délicate et passé celle-ci, l’état de Kirius reste stationnaire pendant un long mois. Très affaibli, il assiste néanmoins aux différentes réunions du Pic grâce a un fauteuil roulant confectionné par Alain.
Decker se remet très vite de sa blessure, moins d’une semaine après l’attaque, il est déjà sur pieds…

Avant de recevoir les guerriers de Tolède pour de plus amples explications, le conseil du Pic se réunit pour décider de la ligne de conduite. Ils se demandent s’il ne faut pas les tuer, mais estiment cela très difficile ; finalement ils décident d’écouter ce qu’ils ont à dire et leur servir sinon des mensonges, des demi-vérités. Blanche décide de changer son visage et de prendre le Nom de « Rose de Vertbois », pour garder son anonymat, surtout vis-à-vis d’un magus Flambeau.
Siguro, Imanol et Decker réitèrent leurs plus plates excuses, et jurent sur leur honneur que Tolède , et leur chef , Raphaël saura assurer le dédommagement de l’Alliance. Les mages du Pic prennent acte et restent évasifs, racontant le leg de l’alliance par Nyrlem, l’inexpérience et l’ignorance à propos des gardiens de pierre, leur grande occupation qui n’a pas permis l’enregistrement au Tribunal. Siguro entend tous ces arguments mais, en tant que guerrier de Tolède, il n’est pas très au courant. Il apprend aux mages que Tolède est à la recherche d’un artefact « Le Coffre des Miracles » dérobé à priori par un certain Ulrich de Bjoerner, ainsi qu’au moins 5 autres artefacts. Il ne peut pas donner d’autres précisions, mais invite le conseil du Pic Bleu à rencontrer Raphaël de Verditius, Primus de l’alliance de l’Alcazar de Tolède.
Il est finalement décidé de rencontrer Raphaël en terrain neutre, à Montélimar. Imanol lance un sort de message féerique, Siguro propose de faire profiter de ses services aux jeunes mages et leur dispense un cours de théorie de la magie en ce Printemps 1001.

Siguro en plein cours théorique

Les mages testent la résistance du Pic Bleu et s’aperçoivent que les défenses sont bel et bien tombées, ce qui va poser un gros problème : Le laboratoire de Rodrick est de nouveau détectable, non protégé, et l’aegis du Foyer que Blanche peut lancer nécessite que l’alliance soit déclarée, les mages du Pic sont un peu désemparés en raison de leur méconnaissance du Code de l’Ordre…


Enrique Raphaël de Verditius et Junior

Au début de l’été, la réponse de Raphaël parvient au pic bleu : celui-ci les attend comme prévu dans une auberge de Montélimar. Les mages s’y rendent tous ensemble et arrivent bientôt en vue de la ville, dont le marché, et surtout le marché aux vêtements, connaît un essor florissant. Dans l’arrière salle de l’auberge, un homme dans la force de l’age est en train de se disputer avec un jeune homme, ils ont l’a »ir de s’échanger des noms d’oiseau en espagnol. Le vieux s’excuse et se présente comme étant Raphaël, Primus du covenant de l’Alcazar de Toledo » , et le jeune comme étant son fils, Junior, qui vient de relever son gant. Le gamin à pas l’air très content et soupire. La discussion commence, Raphaël a une histoire très intéressante a raconter aux mages du Pic Bleu :

« Chers confrères, je suis un leader naturel et c’est pour celà que je ne peux rester muet: en effet je sens un peu de réticence à l’égard de mon groupe, et c’est bien normal eu égard à la façon malheureuse dont vous avez fait connaissance : nous savons ce que nous cherchons, je vais vous conter quelle est l’Histoire qui nous a tous mené dans votre belle contrée :

Roland sonne du Cor

Roland de Roncevaux, a arrêté les sarrasins. Tout le monde le sait; ce qu’on sait moins, c’est qu’il était à la tête d’un ordre de chevaliers mages puissant et secret, une sorte de confrérie. Ils vainquirent les sarrasins qui avaient eux mêmes leurs mages possédant des armes surpuissantes… les survivants furent rares, on a gardé la trace de deux ‘entre eux seulement : Le premier était le jeune frère de Roland : terrassé par le chagrin de la perte de son frère, il disparut, sans donner de nouvelles, pour réapparaître peu après parmi un groupe de mages avec lequel il fonda un Ordre : il avait pris le nom de Flambeau. Le second, Tristan Brise- Ecu, réunit et emmena les artefacts magiques volés aux sarrasins au loin, pour les cacher : tout ce pouvoir ne pouvait qu’attirer la convoitise, et l’horreur de la puissance déchaînée pour combattre les sarrasins était la preuve que cette puissance devait disparaître. Il partit dans ses collines natales, en Transylvanie, y aménagea un lieu propice, y dissimula les artefacts, et il fit pour cela appel au premier disciple de Verditius, dont les descendants se transmirent le secret de génération en génération.

Il y a une vingtaine d’année, le descendant de ce Verditius (vous m’aurez reconnu) a éprouvé le besoin de ressortir ces artefacts de l’ombre, afin de mettre toutes les chances du côté de la Reconquista qui commence en Espagne. Déjà Tolède constitue une enclave assiégée du califat de Cordoue, et les alliances Pyrénéennes se préparent à la guerre. Vous comprenez ainsi un peu mieux notre position.
Le secret bien gardé a transpiré : alors que les artefacts étaient en chemin sous bonne escorte d’une alliance Tremere, cette troupe a disparu corps et biens. Depuis près de 20 ans nous enquêtons par tous les moyens pour retrouver les précieux objets, sans succès. Cependant, une rencontre récente avec un certain Fausto de Criamon, nous a remis sur la piste, et nous avons de bonnes raisons de croire que le magot aurait été volé par un certain Ulrich de Bjoerner qui aurait également dérobé le baton-talisman de Fausto, et que la planque serait située quelque part dans le Vercors. Les moyens de cet Ulrich sont inconnus, tant pour obtenir la puissance nécessaire a cette prouesse, que pour tenir caché de nos perceptions ces artefacts majeurs au nombre de 6, 7 si on compte le baton de Fausto :

Le Cor et l’Epée de Roland
Le coffre des miracles
L’armure Pourpre
L’arbre de vie
Le heaume-Dragon

Les mages apprennent également que Fausto était un ancien fondateur de la crête des neiges,pacifiste qui a du quitter la CdN par désaccord avec Igor de Mercere et les Jerbiton. Il rejoignit ensuite son ami Nyrlem pour fonder une nouvelle alliance.
Rahaël fait ensuite venir autour de la table deux de ses compères : Markus de Bonisagus, un théoricien, et Don Camillo, un toque rouge spécialiste du Code de l’Ordre qui donne beaucoup d’informations capitales pour l’établissement d’une nouvelle alliance

Époustouflés par toutes ces révélations, les mages concluent un accord avec Raphaël, une sorte de jumelage entre les alliances du Pic et de Tolède, pour que l’échange d’information soit fructueux. Raphaël, en gage d’amitié, propose à l’alliance de laisser son fils, qui a besoin et envie de voler de ses propres ailes. Les mages du Pic promettent d’y réfléchir, tandis qu’Imanol, Decker et siguro partent en quête d’informations sur la piste du Dragon …

Pendant ce temps, au Pic Bleu, Roddrick revient prématurément de son voyage…

Publicités

Tu as aimé? Commente, ton avis m'intéresse!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :