RDC 1.3 Roddrick, as tu du coeur?

blanche faucon

blanche faucon

Ne parvenant pas à approcher le mystérieux cratère sans déclencher une envolée de gargouilles, et perturbée par le message mental qu’elle à reçu, Blanche décide de repartir à Bourdeaux. C’est alors que surgit une grosse et sombre créature semblable à une chauve souris, à laquelle elle échappe in extremis, mais qui la poursuit inlassablement…

Blanche se pose sur le bras de Rod

Blanche aperçoit alors un homme en armure, très beau qui semble l’inviter à se poser. En désespoir de cause, et persécutée par la bestiole, Blanche finit par entendre raison et se poser. L’homme, qui dit s’appeler Rodrick, se conduit en gentleman, il écoute Blanche (qui a repris forme humaine) avec attention, puis la convie dans son Sanctum. Il semble convaincu par la sincérité de Blanche et l’invite ensuite à rencontrer les autres visiteurs du Pic pour confronter leurs versions.

La réunion dans ce grand amphithéâtre prend une allure d’interrogatoire en règle chargé de tension, car les jeunes mages de l’ordre ont déjà pu mesurer la puissance de leur interlocuteur. Rodrick met d’emblée les jeunes mages en garde contre les mensonges qu’ils seraient avisés d’éviter. Il veut savoir par quel hasard, après avoir passé quinze ans de calme, il voit arriver la même journée 5 mages et une espionne de son pire ennemi, Hector, et une mage en forme animale qui survole son domaine avec insistance. Il est en attente d’arguments convaincants, et intéressé également par la position politico idéologique de ses visiteurs à l’égard des Diedne, du paganisme, et de l’extrémisme.

Interrogés tour à tour, Nos compagnons parviennent à convaincre Rodrick de leur innocence et de leur position globalement pro Diedne. Le fait que Freya soit la filia de Nyrlem, que Panodyne soit à l’origine de leur présence a beaucoup aidé à apaiser l’inquiétude du puissant mage. La plaidoirie de Kirius semble l’avoir particulièrement intéressé et amusé, celle de Gaétan l’a plutôt déconcerté par sa candeur. Il met Blanche en garde contre la perspicacité d’Igor de Mercere et des oies jerbiton de sa basse cour, et lui propose l’hospitalité de sa Demeure.

Il annonce finalement aux mages sa décision de leur laisser l’occasion de montrer leur valeur et d’accéder à la requête de Panodyne : Il donne 5 ans aux mages pour prendre en charge le Pic Bleu et en faire une alliance de Printemps digne de ce nom. Ils auront tout pouvoir de décision durant cette période. En contrepartie, ils acceptent de lui servir de couverture, de ne parler de lui à personne, de le prévenir par tous les moyens si d’une quelconque manière l’OH devait percer son secret. Il les met en garde du risque mortel qu’ils encourent si jamais ils le trahissent, et les met en garde également contre leur nouveaux statut de mages hors la loi, puisqu’en officialisant ce pacte, ils enfreignent un article mortel du code qu’ils ont signé peu auparavant au passage de leur gant…

le site du Pic Bleu

Rassurés, ne réalisant pas encore la portée de leurs actes, les compagnons sont tout content de se voir à la tête de leur première alliance, mais ils déchantent vite : le site est beau mais le travail qui les attend est vraiment gigantesque ! Ils décident de prendre une bonne nuit de sommeil et de reprendre leur enquête afin d’éliminer rapidement la menace qui pèse sur Bourdeaux. Le temps est compté, le lendemain soir la lune sera pleine…De son côté, Blanche rentre à l’auberge ce soir la et le spectacle est triste à voir : la plupart des soldats sont saouls et dorment à moitié sur les tables, Rigobert ne fait pas exception. Dégoûtée, elle monte se coucher et décide de malmener Rigobert au réveil.

Le lendemain matin, Blanche exécute son plan, Rigobert avec une belle gueule de bois rechigne et râle, mais donne finalement un rapport de son enquête, il n’y a à vrai dire pas grand-chose de neuf, la patrouille envoyée au village de Saoû n’a pas obtenu la coopération de ses villageois, et la patrouille du nord a du effectuer un « repli stratégique » à cause de l’activité grouillante des zombies. Persuadée que quelque chose se prépare le soir, Blanche soutire finalement au capitaine soudard un détachement de 7 hommes, qu’elle choisit et qui auront pas le droit de faire la fête le soir pour obéir à ses ordres. Elle les réveille et les met immédiatement au vert (d’eau).

Pendant ce temps, alors que Freya fait un crochet par la forêt de Saoû en quête d’informations que le peuple féerique est incapable de lui fournir, Torannen Etan et Kirius rendent visite à la famille Térieur. Le jardin de la maison familiale est saccagé, et Alain arbore un bel œil au beurre noir. Il explique avoir été victime des brutes du vicomte qui sont passé la veille. Alain accepte avec plaisir de reprendre du service auprès de l’alliance avec sa famille. Au fil de la discussion avec Alain sur les disparitions et meurtres, nos amis réalisent qu’un lien relie les victimes : ils ont l’air d’être les membres ou descendants des membres qui 15ans plus tôt composaient le conseil du village : rejoints par Freya, ils décident de creuser cette piste en se rendant à Bourdeaux, ou vivent les deux uniques survivants de ce conseil des 9 : Cétauto le forgeron, et Ambroise l’aubergiste.

Gaetan, occupé à l’alliance la matinée, rejoint le groupe au village, en pleine discussion avec Cétauto et Ambroise. Les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu, Ambroise à l’air effrayé par la perspective d’être une victime potentielle du soir, par contre Cétauto caresse son marteau et semble plutôt content d’avoir enfin l’occasion d’en découdre avec le démon. Ils se souviennent très bien d’une nuit particulièrement claire, quinze ans plus tôt, ou le Paladin Claytus les a réunis précipitamment, et les a fait galoper jusqu’à une clairière proche du Hameau, pour un étrange rituel avec le Père Francis…

Claytus de flambeau

Les mages décident ensuite de se rendre au Prieuré de Bourdeaux, consulter d’éventuelles archives du père Francis sur cette étrange nuit. Après des recherches longues et difficiles dans la bibliothèque du monastère, les mages tombent sur un article qui confirme leurs soupçons :
15 ans plus tôt, Le père Francis, Claytus et les 7 autres membres du conseil du village ont participé a un rituel de bannissement d’un démon : ils auraient tracé un cercle dans une clairière en psalmodiant, puis un démon en forme de loup serait apparu, mais prisonnier dans le cercle: ils auraient ensuite incanté pour achever le rituel de renvoi du démon. Le Prieur décrit un bannissement, pourtant, l’attitude contrariée de Claytus fait dire au père Francis que les choses ne se sont pas si bien passées que ça…

Le soir approche à grands pas, les Mages doivent décider d’un plan de bataille, persuadés que quelque chose surviendra le soir même, ou la lune sera pleine. Ils décident d’utiliser le monastère comme lieu de sauvegarde en cas de coup dur et obtiennent la participation inconditionnelle du jeune prieur Phillipus et de ses moines . Pendant ce temps à la taverne, il semble qu’un Ouin alcoolo ait repris ses bonnes vieilles habitudes et a mis en perce les meilleurs tonneaux du pauvre Ambroise, vociférant, qui ne sait pas s’il doit plus craindre le Démon ou le nain…

Publicités

Tu as aimé? Commente, ton avis m'intéresse!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :