Archives mensuelles : août 2011

Conan 2011

  20 ans après le premier conan de john Miilus, Le plus grand héros de Cimmérie fait son retour sur les ecrans, en 3D et à grands coup de millions. Pari ambitieux que de vouloir égaler un film élevé par les puristes au rang de film culte, surtout dans le fait qu’il vulgarise le genre Heroic fantasy au début des années 80., qu’il est doté d’une mise en scène innégalée même en prenant quelques libertés sur l’esprit pulp du Conan d’Howard.

Et bien on peut dire que le pari est complètement raté, ce Conan est un navet: un scénario absent, des scènes d’actions mal réglées qui font mal à la tête (à part peut être le combat contre les créatures de sables) Marcus Nispel nous fait même le coup du Kraken en plastique et ses tentacules pas crédibles. Une 3d qui sert à rien, à part assombrir par polarisation un film déjà en déficit d’éclairage. Même le son fait grincer les dents, à quoi cela sert de nous atomiser régulièrement les tympans à coups de 80db?

Le pire je pense vient du héros: J.Momoa est un acteur dénué de tout charisme, au regard bovin, qui  à aucun moment ne crève l’écran. il passe pour un crétin fini avec ses répliques mysogines, ses grognements d’ours mal léché. Par Crom, ce Conan est une belle daube. Ce n’est pas une série B, mais pas une A non plus: je me demande si je préfère pas Kalidor ou Conan le Destructeur, qui sont pourtant des navets accomplis.

Publicités

RDC 1.9 Politique hoplitique àVal Negra

Rodrick de Diedne

Rodrick de Diedne

Au début de l’été 1001, C’est un Rod pas très content qui revient en catastrophe suite au cassage de sa protection ; il demande des comptes aux nouveaux locataires du Pic qui lui expliquent tout. Son mécontentement laisse rapidement place à l’exaspération quand il apprend que les novices ont gentiment « éconduit » Rafael, un des plus puissants Verditius de l’Ordre… Lire la suite


RDC 1.8 La délégation de Tolède (olé)

Siguro, Imano et Decker, en quête

Torannen prend en charge les deux malheureux agonisants dans son nouveau dispensaire, et s’attaque au soins de leur blessures : Kirius, une flèche plantée dans le thorax, est le plus sérieusement atteint, Decker étant dans le coma mais sans blessures externes visibles. L’opération chirurgicale est délicate et passé celle-ci, l’état de Kirius reste stationnaire pendant un long mois. Très affaibli, il assiste néanmoins aux différentes réunions du Pic grâce a un fauteuil roulant confectionné par Alain.
Decker se remet très vite de sa blessure, moins d’une semaine après l’attaque, il est déjà sur pieds… Lire la suite


RDC 1.7 La chute du démon Gardien

1- Printemps 999 : Combat de donzelles à la Crête des Neiges

Pauline de Jerbiton

Ulnus rend finalement un verdict très clément car le conseil de la CDN à été sensible aux arguments de Blanche. En revanche, et selon le Code en Vigueur, c’est une Pauline de Savoie furieuse qui défie ouvertement Blanche en Certamen, car elle n’a pas été dupe de son beau discours. Blanche accepte de relever le Défi, qui aura lieu quelques jours plus tard dans l’arêne de la Crête… Lire la suite


RDC 1.6 Nos amis de la Crête des Neiges

hiver 998 : le deuxième conseil des mages

le conseil des mages

18 mois après son lancement, le business de la laine commence à tourner, et rapporte 200 livres (petit stock issu de la première teinture). C’est une satisfaction, mais 4 sujets de préoccupation ont amené la réunion de ce nouveau conseil : -le mode de gouvernance de l’Alliance et le partage de ses ressources magiques

-La participation à l’effort collectif (les « saisons alliance »)
-Le labo de Torannen
-Les lettres inquiétantes de la Crête des Neiges… Lire la suite

RDC 1.5 Cinq ans pour tout casser

1- fin été 997 : Le retour à l’alliance et les jours qui suivent

Le Pic Bleu

La menace du démon écartée, Les mages reviennent au pic et doivent commencer à s’affairer pour remettre l’alliance dans la course. Entre temps, la troupe de Rigobert est partie, mais Blanche à réussi à soutirer 5 hommes à Rigobert, des volontaires, pour lui servir de garde rapprochée… Lire la suite


RDC 1.4 Le Génie de Rigobert

Rigobert ramène un prisonnier

Le soir approche et le plan n’est toujours pas défini : entre Cétauto qui veut aller casser du Démon, des gardes qui ont peur d’aller patrouiller, un nain qui se bourre la caisse…Finalement il est décidé que Gaétan et Torannen rentrent au Pic pour éviter de compliquer le grabuge du soir. Peu après, Rigobert et ses 12 salopards entrent dans le village en se pavanant, ils hurlent à la victoire, se vantant d’avoir capturé le démon… Lire la suite


RDC 1.3 Roddrick, as tu du coeur?

blanche faucon

blanche faucon

Ne parvenant pas à approcher le mystérieux cratère sans déclencher une envolée de gargouilles, et perturbée par le message mental qu’elle à reçu, Blanche décide de repartir à Bourdeaux. C’est alors que surgit une grosse et sombre créature semblable à une chauve souris, à laquelle elle échappe in extremis, mais qui la poursuit inlassablement…

Lire la suite


RDC 1.2 L’alliance perdue du Pic Bleu

Gaetan blessé et les gargouilles toujours menaçantes, les mages décident de sortir de cet endroit lugubre et dangereux au plus vite. Freya, attiré par la porte aux étoiles, décide d’entrainer ses sodales par ce passage, qu’elle franchit aisément, ainsi que le géant Etan Krel. Rapidement, les mages sans affinité particulière avec la féerie se sentent bizarre et commencent à avoir quelques hallucinations et le sourire béat…

Lire la suite


RDC 1.1 En Provence, le Pinedou se boit frais, très frais

le Vercors

le Vercors

Les compagnons s’engagent donc sur les premières collines à l’est de Montélimar, Le temps est magnifique et sec, et le moral au beau fixe par la confiance affichée de Phillipus et celle, insolente, d’Etan Krel. La contrée est belle et sauvage : pas un pécore croisé en trois jours de marche dans la Pampa…. Le troisième, jour, les compagnons arrivent au Hameau, et sont victimes d’une franche inhospitalité de la part d’un paysan bourru qui, sous l’insistance du moine, les loge (dans l’écurie) à contrecoeur…
Lire la suite


RDC 1.0 Passeport pour le Vercors

Tribunal de NormandiePrintemps 997, ile de Batz, Bretagne


guest stars:
EtanKrel demi-sel, le géant optimiste
Freya de merinita, la beauté des forets féérique
Kirius de Tytalus, le météorologue crépitant
Torannen demi-sel, le soigneur paradoxal
Gaetan de Jerbiton, le dandy illusioniste

L’instabilité politique règne au sein de l’Ordre, on parle d’execution de mages convaincus de pratiques impies. L’ordre Divin pousse les alliances de Mages à faire du zèle pour chatier le paganisme. Les Quasitors et les Flambeau sont sur le pied de guerre. Dans ce contexte, Les apprentis de la plus grande alliance diedne de bretagne, l’alliance de Batz voient leur fin d’apprentissage acceléré…
Lire la suite


Magie de Verditius

Obsédés par la limite de la nature essentielle de la Magie (Toute magie qui viole l’équilibre de la nature essentielle d’une chose doit être maintenue, quand ce n’est plus le cas, la chose retourne à son état « naturel »), certains mages voient comme le saint graal et le pont vers la vraie immortalité la confection d’un artefact qui leur survivra pendant des millénaires, chargé de la puissance qu’ils lui ont insufflé.

Verditius était l’un de ces illuminés, et par le hasard de son époque, l’un des mages contactés par Trianomae pour faire partie des fondateurs historiques de l’ordre d’Hermès. Sa magie, particulièrement puissante est développée autour de la conception et l’enchantement des objets. Un fétichisme très prisé par les mages d’Europe mythique, pour leur valeur d’artefacts inestimable…


Enchantements

Les enchantements sont des Rituels coûteux en temps, en efforts et en ressources magiques, et ne sont pas l’exclusivité de la maison Verditius. Tout mage hermétique est capable, s’il s’en donne la peine et les moyens, de fabriquer des objets enchantés de bonne facture qui peuvent décupler ses capacités.. Lire la suite


Les Percées

aboutissement de la vie d’un mage, elle consistent à inventer de nouveaux effets et repousser les limites de la magie hermétique, ou incorporer des choses non hermétiques à la théorie de Bonisagus…

Lire la suite


La Quête des Héros Perdus

Ma dernière lecture en date, la  « Quête des Héros perdus » fait suite à une série de romans de l’Univers de David Gemmell, « Drenaï ». Un monde bien ficelé qui sent bon le poids des siècles, et que j’ai toujours pris du plaisir à retrouver.Après Druss, héros légendaire à la retraite, c’est à Charéos et ses potes de Bel Azar de reprendre du service dans une quête un peu tirée par les cheveux:  Si les motivations de Kiall, jeune pécore doux rêveur qui court après les chimères ( en l’occurrence une chimère fille d’éleveur de porcs) sont évidentes, les motivations des autres ne le sont pas vraiment. Elevés au rang de légendes vivantes, les anciens de Bel Azar, épargnés miraculeusement trente ans auparavant par le KHan Nadir Tenaka (dont on a pu suivre les aventures dans « le Roi sur le Seuil »), sont cinq quinquagénaires  perclus de rhumatismes et de vices qui cherchent à redorer leur blason et retrouver une gloire passée. Car la gloire est bel et bien passée, pour ces héros  atypiques et pour le coup très attachants: le gros Beltzer, montagne de muscle et d’acier tranchant n’est en fait qu’un gros tas alcoolo :

« Tu es Beltzer. Beltzer l’ivrogne. Beltzer le fénéant. Beltzer le vantard. Et tu pues. Tu pues la sueur, la vieille bière et le vomi. »(p24)

Il y a aussi Finn l’archer agoraphobe, un ours des cavernes aussi adroit avec un arc qu’associal et paradoxalement mère poule de Maggrig, son protégé depuis Bel Azar. Et enfin Charéos, le maître d’armes ascète et plein de principes, de valeurs qu’il s’échine à conserver dans un monde qui s’en contrefout. Bisounours cocu, Charéos est pourtant l’héritier du compte de Bronze,  qu’a pas eu de bol dans la vie, et surtout pas avec les femmes. Leur quête est rythmée, et finalement les enjeux se révèlent bien plus importants qu’il n’y paraissent au début, car la pimbèche éleveuse de cochons se voit elle aussi, contre son gré, affublé d’un destin hors du commun…

Ce n’est pas le meilleur Gemmel, mais l’aventure est rondement menée, bien rythmée, et les personnages sont (comme à l’habitude de l’auteur) excellemment décrits. On a pas vraiment le temps de s’ennuyer et c’est tant mieux, cela permet d’oublier les quelques incohérences de l’intrigue et pliages de cartes stylistiques, qui permettent d’arriver là ou tout à commencé. Du bon Gemmel donc, à lire sans hésiter. d’autant que  la toute  fin ouvre sur un avenir incroyable,  une intrigue sympa que l’auteur, parti  trop tôt n’aura pas pu développer.


%d blogueurs aiment cette page :